Une reconnexion douce,
avec Clé de Fa (2/2)

Dans la première partie de cet article, nous abordions avec Boris, président de l’association « Sans Mon Portable » les chiffres relatifs à la déconnexion et au blurring, mais nous apportions également quelques conseils en termes d’organisation du temps et de concentration. Apportons maintenant une variable non négligeable et toute nouvelle pour certains, et déjà ancrée pour d’autres : le télétravail.

Mieux gérer son télétravail

 

La récente pandémie mondiale a bouleversé les organisations, le rapport à son propre travail, sa hiérarchie, ses tâches et missions. Chaque salarié concerné directement par le télétravail a dû se réinventer, pour rester efficace malgré de nouvelles contraintes et injonctions.

thought-catalog-Nv-vx3kUR2A-unsplash

 

Selon le baromètre annuel 2021 Télétravail de Malakoff Humanis, 3,1 salariés sur 10 sont télétravailleurs en décembre 2020, 3,6 jours par semaine contre 1,6 jour fin 2019. 3 salariés sur 10 s’inquiètent de sa généralisation à plusieurs jours par semaine en 2021.

Selon la même étude, les managers sont toujours mobilisés mais épuisés. 
Ainsi, 31% disent se heurter à la problématique de maintien des liens collectifs, pour éviter l’isolement et maintenir l’esprit d’équipe.
43% déclarent ainsi avoir eu du mal à gérer la fragilité de certains salariés, liée à la surexposition aux écrans (recours à la visioconférence), des espaces de travail à la maison parfois inadaptés, des difficultés d’organisation (gestion de la scolarité des enfants).
Heureusement, les bonnes pratiques se multiplient et même si elles ne règlent pas tout, elles améliorent le quotidien des salariés. En voici quelques exemples et autres pistes:

Pour le manager

  • Donner de la flexibilité à ses collaborateurs (en télétravail, l’équilibre vie pro/ vie perso est par définition plus difficile à trouver).
  • Donner des objectifs encore plus précis. Chaque salarié doit être parfaitement clair avec les attentes de son manager, elles doivent être donc décrites très précisément.
  • Utiliser les mêmes outils numériques, et s’y tenir. Les changements permanents de solution de visio notamment créent du stress, de la fatigue, des pertes de repères.
  • Utiliser une plateforme collaborative, permettant de centraliser les informations à un seul et même endroit, en évitant l’envoi massif de mails à tous. On peut ainsi savoir où en est chacun dans l’accomplissement de ses tâches.
  • Créer des moments d’échanges informels, permettant de retrouver ou entretenir un esprit d’équipe, la convivialité.
  • Prioriser les tâches au maximum, faire le focus sur les (vraies) urgences.

Pour le collaborateur

  • Prendre soin de soi et de sa tenue vestimentaire. Cette préparation va dans le sens d’une concentration optimale, et conditionne une journée de travail amorcée avec plus de sérieux.
  • Aménager un espace de travail bien pensé. Il favorise une meilleure organisation et un bon confort de travail.
  • Définir un plan d’action journalier. Il doit être clair, spécifique, atteignable et hiérarchisé (urgence/importance).
  • Organiser son emploi du temps pour télétravailler efficacement, et de manière à ce que vos impératifs professionnels soient en adéquation avec vos contraintes personnelles. 
  • Prévoir des pauses régulières, pour être plus productif.
  • Rester en contact téléphonique ou physique avec des collègues et collaborateurs.

Pour un mieux-être numérique ?

Le passage à l’action dépend de tous, salariés, cadres, managers ou pas. Mais avant toute chose, adopter des habitudes numériques plus saines dépend très souvent de notre propre volonté, dans notre quotidien. En clair, le vouloir, c’est déjà avoir fait une partie du chemin.

Il s’agit de dépasser, pourquoi pas avec l’aide d’un coach ou d’un thérapeute les idées limitantes comme « j’voudrais bien mais je n’y arrive pas », « c’est compliqué », « c’est pas moi ce sont mes collègues qui m’envoient des mails », « tu sais aujourd’hui c’est difficile de faire différemment », « j’en connais chez qui c’est encore pire… » etc.

Les rituels du quotidien peuvent ainsi y aider. En voici quelques exemples à piocher et à tester. Prêts ?

10 astuces à la maison:

  • Les écrans restent en dehors de ma chambre;
  • J’achète un réveil, un vrai !
  • Je trouve le sommeil dans mon lit, avec un livre, pas avec une tablette;
  • Je ne consulte mon portable qu’une heure après mon réveil;
  • Mon smartphone reste éloigné de la table pendant les repas (même au petit déjeuner);
  • Je profite d’une activité sportive régulière, au moins 1 à 2 fois par semaine suivant l’intensité;
  • Je choisis des moments pour méditer (séquences de 15/20 minutes);
  • Je sors me promener 1h minimum une fois par semaine, sans mon portable;
  • Je sélectionne de manière plus exigeante mes notifications;
  • Je prends l’habitude d’écrire 1 page ou 2 au réveil. Mes rêves méritent d’être couchés sur le papier…
  • J’organise une activité collective (un jeu, une sortie…) chaque semaine en famille, avec des amis, sans portable.

10 techniques au travail:

  • Je crée des règles de messagerie pour ne garder et lire que l’essentiel des communications entrantes;
  • J’évite les « répondre à tous »;
  • Je crée ou contribue à créer des outils collaboratifs (cloud) pour limiter l’envoi d’emails;
  • J’organise mon absence (message automatique et organisation qui en découle s’il s’agit d’une longue durée type vacances);
  • Je favorise les réunions physiques avec compte rendu, prises de notes libre de chaque participant, et sans ordinateur portable sur la table;
  • Je laisse mon smartphone dans un panier ou une boîte, en mode avion, au centre de la pièce, pendant les réunions. J’invite mes collègues à en faire de même;
  • Pour les réunions virtuelles, je favorise une durée courte (45 minutes maximum), et des échanges, avec un temps de parole harmonieusement réparti. Le compte rendu est bienvenu également;
  • J’encourage mes collègues et collaborateurs à ne pas envoyer de messages (mails, SMS, WhatsApp), le week-end, le matin avant 8h, le soir après 19h.
  • Je propose à mes collègues ou collaborateurs des rendez-vous collectifs conviviaux physiques, pour des occasions spéciales et/ou régulières.
  • Je propose ou j’organise la mise en place du droit à la déconnexion dans mon entité (règles communes).

Bref, une rentrée, c’est toujours l’occasion de prendre de nouvelles habitudes, qui vous permettent de prolonger la douceur de l’été, des vacances, en imaginant, en proposant des idées et actions en adéquation avec un vrai bien-être au travail.

Soyons acteurs de la réussite, imaginons, proposons, réunissons les conditions d’un meilleur engagement de nos collaborateurs, au travers d’actions concrètes autour de comportements digitaux plus sains et efficaces.

Belle rentrée à tous ! 

Boris Nepveu
Coach en Mieux-Être numérique
Président de l’association « Sans Mon Portable »

Leave A Comment